• Y aura-t-il assez de bois pour l'hiverAu Canada, dans le Grand Nord, un bûcheron coupe son bois pour l'hiver. Après deux journées de coupe, et plusieurs stères transportées, il en vient à se demander si sa provision de bûches sera suffisante.

    Les hivers sont très froids, dans la région. Il va donc voir un vieux chef indien, un peu déplumé, pour savoir si l'hiver sera rigoureux. Il pose sa question, et le chef lui dit:

    - Ugh ! Hiver sera rude.

    Alors le bûcheron retourne couper du bois, encore et encore. Au bout de quelques jours de durs labeurs, il retourne voir le vieux chef et lui repose sa question. Et le chef répond:

    - Ugh ! Hiver sera rude, très rude !

    Alors le bûcheron retourne bucheronner. Pendant quinze jours. Puis il retourne voir l'indien. Qui lui dit:

    -Ugh ! Hiver sera rude, très très très rude !

    Alors le bûcheron demande au chef:

    - Mais, Grand Chef, comment peux-tu savoir cela ?

    Et l'indien répond:

    - Quand homme blanc couper beaucoup de bois, c'est que l'hiver sera rude !


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Samuel va bientôt mourirC'est l'histoire du vieux Samuel, hospitalisé depuis plusieurs jours et qui dort dans son lit.

    Soudain, il ouvre un oeil :

    • Tu es là Sarah,  ma chère épouse ?
    • Oui, Samuel mon époux, je suis là !

    Un moment plus tard :

    • Et toi, mon petit Benjamin, tu es là mon cher enfant ?
    • Oui, papa, je suis là !

    Encore un moment plus tard :

    • Et toi, David, mon fils, tu es là ?
    • Oui, père, je suis là !

    Et soudain, Samuel ouvre tout grand les deux yeux et dit :

    • Mais alors, qui c'est qui garde le magasin ?

     


    votre commentaire
  • La théorie et la pratique


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Un vieillard qui vivait seul, voulait semer ses patates au jardin. Mais, c'était un travail très pénible, car, il lui fallait retourner la terre. Paul, son fils unique qui habituellement l'aidait pour cette tâche était en prison. Le vieil homme écrit donc une lettre à son fils dans laquelle il y décrit sa situation difficile:

    Cher Paul,
    Je me sens très malheureux, parce qu'il me semble bien que cette année, je ne serai pas capable de planter mes patates au jardin. Je suis trop vieux pour pouvoir creuser et retourner la terre du carré de jardin. Si tu étais ici, tous mes problèmes seraient résolus. Je sais que tu creuserais et retournerais la terre du carré pour moi.
    Avec amour
    Papa

    Quelques jours plus tard, il reçut une lettre de son fils:

    Cher papa,
    Pour l'amour du ciel, papa, ne creuse pas dans le jardin, c'est là que j'ai enterré les CORPS.
    Affectueusement
    Paul

    À 5 heures, le matin suivant, une nuée d'agents de la police fédérale accompagnés de la gendarmerie, de la police locale et de la protection civile arrivèrent et se mirent à creuser tout le carré du jardin sans trouver aucun cadavre. Dépités, ils s'excusèrent auprès du vieillard et quittèrent les lieux.
    Le même jour, le vieil homme reçut une autre lettre de son fils:

    Cher Papa,
    Vas-y, maintenant, tu peux planter tes patates. C'était le mieux que je pouvais faire dans ces circonstances.
    Affectueusement
    Paul


    2 commentaires

  • votre commentaire